AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les nuits sont longues... quand on est seul(e)...

Aller en bas 
AuteurMessage
Elenwë

avatar

Messages : 23
Fiche : Clique
Sucres Candy : 46

Toc, toc, toc, qui es-tu?
Défaut ou Objet?: Attention au mot tabou !
Connaissances:

MessageSujet: Les nuits sont longues... quand on est seul(e)...   Mar 12 Jan - 22:29

La nuit était tombée depuis longtemps maintenant. Pour Elenwë, tout était difficile. Les premières heures de sa vie n'avaient pas été très heureuses pour le moment... Découvrir ce qu'est la vie, être vivante. Découvrir les autres aussi. Souhaiter juste être aidée, mais devoir faire face à la méfiance et à l'agressivité. Elle avait quitté les jumelles quelques minutes après le départ de la doll du nom de Zak. En effet, les jumelles n'avaient pas l'air sympathiques, en tout cas avec elle. Elle n'avait toujours pas compris, avait-elle dit quelque chose de blessant ? Les jumelles s'étaient contentées de la suivre des yeux lorsqu'elle avait trébuché, puis commencé à marcher dans l'allée illuminée. Aucun mot n'avait été échangé. Elle avait continué jusqu'au bout de l'allée, puis, ne sachant pas où aller, avait erré dans le parc. Certaines personnes continuaient à se promener, malgré la nuit et les manèges arrêtés. Elle avait suivi le mouvement, comme un robot. Mais les enfants s'étaient soudain volatilisés. Seule, et lasse, elle avait soudain levé les yeux vers les étoiles. Froides et lointaines, et pourtant, semblant la réconforter. Elles aussi, elles avaient leur petit coin de ciel, mais ne se touchaient jamais. Ne se parlaient pas, restaient là à briller dans l'infini. Marchant au hasard, elle arriva pourtant devant un endroit étrangement familier. Un petit bâtiment, des petites maisons, où quelques rares dolls entraient ou sortaient. S'approchant, elle entra discrètement, ayant peur de ne pas se trouver à sa place, de déranger les dolls présentes. On ne lui accorda pas un regard. D'ailleurs, la regarder aurait été plutôt difficile, puisque la plupart dormaient à poings fermés. Elle regarda autour d'elle. Des dolls, partout, toutes endormies. Qu'elles soient dans un coin par terre, ou alors étendues sur un siège, toutes dormaient.

" Je dois faire ça, moi aussi ? Me poser contre le sol et fermer les yeux, sans rien faire ? "

Elle continua sa visite, mais on pouvait voir que certaines portes étaient fermées. Elle n'osa pas entrer. Bizarrement, elle eut l'impression d'être de trop ici. Sa place était dehors, et non pas à l'intérieur de ce bâtiment si étrange où les dolls ne font rien, la nuit.
Elle sortit, respira l'air frais du dehors. Une petite brise secouait les arbres, mais il faisait bon. Elle remarqua des fenêtres sur le coté. S'approchant, elle essaya de regarder au dedans, mais ne vit rien, il faisait trop noir. Cependant, de l'herbe douce poussait au dessous. Elle s'y allongea, face à l'infini. Ici, elle était bien.
Sans qu'elle n'ai rien décidé, sa voix s'éleva de sa poitrine, claire et cristalline :

Minuit
Tourne-toi vers la lune
Oublie ton infortune
Revis tes souvenirs
Si tu trouves
Le bonheur au plus profond de toi
Alors la vie renaîtra

Seule
Sous la lune blafarde
Frissonnant sous mes hardes
Je songe à mon passé
J'étais belle
Et je ne connaissais que la joie
O mémoire ! souviens-toi

Heures d'angoisse et de poisse
Quand les lampes se meurent
Dans les fumées
De cette aube glacée
Un autre jour se lève

O jour !
Que ta lumière arrive
Il faut que je survive
Je dois lutter encore
A l'aurore
La nuit ne sera qu'un souvenir
Un nouveau jour va venir

Ombre et lumière
Sous les fougères
Mascarade sans fin
Comme une fleur
Qui s'étiole et se meurt
Mes souvenirs s'effacent...


Cette chanson, d'ou la connaissait-elle ? Aucune idée... En vérité elle n'était pas tout à fait le reflet de sa vie... puisque qu'elle n'avait aucun passé, aucun souvenir. Mais seule, Oh oui, elle l'était... si seule. Une larme coula de ses yeux et tomba dans ses mèches folles. Elle avait simplement souhaité qu'on l'aime...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elliot Fenrir

avatar

Messages : 31
Fiche : Mon histoire
Sucres Candy : 59

Toc, toc, toc, qui es-tu?
Défaut ou Objet?: Un Panda en peluche
Connaissances:

MessageSujet: Re: Les nuits sont longues... quand on est seul(e)...   Dim 17 Jan - 14:01

Elliot était rentré à la Children’s Place pour se reposer, il avait sa propre chambre à lui et aucun enfant n’y entrait, ben oui, ils n’avaient pas envie de se faire torturer. Le garçon s’allongeait sur sa couchette, fermait les yeux et au bout d’un moment s’endormait. Pas d’un sommeil profond, le moindre truc pouvait le réveiller, il se protégeait comme ça, difficile à approcher même quand il dormait.
Sauf que pendant ce temps Heimdall s’ennuyait, une peluche ça dormait pas. Okay, celle-ci était spécial, elle pouvait marcher, parler, et même rougir, et en plus elle se transformait en épée. Mais elle n’allait pas jusqu’à dormir, c’était comme ça. Il savait qu’il ne devait pas quitter Elliot normalement, parce que sinon l’enfant serait en danger, mais il n’avait vraiment rien à faire c’était ennuyant. Il ouvrit donc une fenêtre et regarda dehors, essayant de penser à des trucs qui feraient passer le temps plus vite. Car oui, s’il ne pouvait dormir, Heimdall pouvait penser… Ne cherchez pas à comprendre.

Soudainement il entendit une voix qui chantait. Il n’avait jamais entendu cette voix, mais cela lui rappelait sa rencontre avec Lullaby, lui aussi il chantait. Peut-être que la personne là bas fredonnait une berceuse. Curieux, le panda en peluche oublia un instant qu’il devait rester près de son maître et sortit de la pièce le plus doucement possible.
Il se dirigea vers la Puppet’s Place parce que c’est de là que venait le son qu’il avait entendu, et qu’il entendait toujours d’ailleurs. Devant la grande bâtisse il tomba sur une Doll. Car s’en était forcément une puisque seul les poupées pouvait aller à la Puppet’s Place…
Les poupées et le panda en peluche apparemment.

Il s’approcha donc et la regarda chanter tout content. Cela lui rappelait Lullaby, même si pour ce dernier l’impression avait été encore plus forte. Quand elle eut finit sa chanson, il se mit à applaudir avec ses deux bras tout poilus de panda.


- Tu chantes très très bien !!

C’est là qu’il se rendit compte qu’une larme avait coulé du visage de la Doll. Qu’est ce que c’était ? Heimdall voyait ça des fois dans les yeux des enfants qu’Elliot torturait, de l’eau qui tombe des yeux.

- Oh toi aussi tu as de l’eau dans tes yeux ? C’est bizarre, c’est comme les enfants. Je croyais qu’on avait de l’eau qui tombait que quand mon maître jouait. Mais toi pas, pourquoi ?

Puis se rendant compte dans sa petite tête de peluche qu’il ne s’était pas présenté avant de poser toutes ses questions, il rectifia son erreur :

- Tu sais je m’appelle Heimdall, je suis un panda en peluche magique, mon maître il s’appelle Elliot, mais c’est un enfant alors il ne peut pas venir ici. Et toi comment tu t’appelles ?

Et pour bien montrer sa curiosité il appuya ses deux pattes sur le bras de la Doll et lui montra deux gros yeux ronds brillants, impatient qu’on réponde à toutes ses questions de panda.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elenwë

avatar

Messages : 23
Fiche : Clique
Sucres Candy : 46

Toc, toc, toc, qui es-tu?
Défaut ou Objet?: Attention au mot tabou !
Connaissances:

MessageSujet: Re: Les nuits sont longues... quand on est seul(e)...   Dim 17 Jan - 16:23

Etendue dans l'herbe, les yeux remplis d'eau salée, Elenwë n'avait pas entendu que quelqu'un s'était approché sans bruit.

- Tu chantes très très bien !!

Elle sursauta violemment et se redressa, en cherchant d'ou provenait la voix. Elle s'attendait à une Doll ( puisque les enfants n'avaient pas le droit de venir ici ), mais se retrouva face à un petit être tout doux aux grands yeux, qui applaudissait de ses petites pattes poilues. Elle n'avait jamais vu ça. Peut-être que lui accepterait de l'aider ?

- Mais... qui est-tu ?

La petite créature ne répondit pas, mais enchaîna avec une autre question :

- Oh toi aussi tu as de l’eau dans tes yeux ? C’est bizarre, c’est comme les enfants. Je croyais qu’on avait de l’eau qui tombait que quand mon maître jouait. Mais toi pas, pourquoi ?

- Je ne sais pas, répondit Elenwë. C'est arrivé comme ça. Je me suis sentie triste, j'avais mal dans la poitrine parce-que personne ne veut m'apprendre, et que je suis toute seule. Mes yeux ont piqué, et de l'eau est tombée. Je ne sais pas ce que ça veut dire. Je suis toute seule ici tu sais. C'est la première fois que j'existe alors je ne sais pas trop comment on fait.

Le petit être s'approcha et posa ses pattes de fourrure sur son bras. Il était tout doux, et chaud. C'était réconfortant. Elenwë sentit que sa peine s'apaisait un peu.
La fixant de ses grands yeux ronds, il se présenta.

- Tu sais je m’appelle Heimdall, je suis un panda en peluche magique, mon maître il s’appelle Elliot, mais c’est un enfant alors il ne peut pas venir ici. Et toi comment tu t’appelles ?


Un... panda ? Peluche ? A vrai dire, elle ne savait pas forcément ce que ces mots signifiaient, mais ce n'était pas grave. Elle se sentait mieux maintenant. Le panda était gentil, et il ne la rejetait pas. Il semblait même s'intéresser. Il avait parlé de son maître, un enfant. Elliot ? Elle ne connaissait pas d'enfant. Il ne pouvait pas venir ici. Mais dans ce cas, pourquoi le panda l'avait-il laissé tout seul ? Elle, elle n'aimait pas être seule. Peut-être que l'enfant non plus ? Elle ne savait pas trop comment exprimer tout ça à voix haute, alors elle se contenta de répondre à la question.

- Moi je m'appelle Elenwë. C'est la seule chose que je peux te dire, parce-que c'est aussi la seule chose dont je me souvienne. Pourquoi tu as laissé ton enfant tout seul ? Il va se sentir abandonné...


Elle fixa le petit panda dans les yeux. Des petits yeux brillants. Il était très doux, on avait envie de lui faire des câlins...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elliot Fenrir

avatar

Messages : 31
Fiche : Mon histoire
Sucres Candy : 59

Toc, toc, toc, qui es-tu?
Défaut ou Objet?: Un Panda en peluche
Connaissances:

MessageSujet: Re: Les nuits sont longues... quand on est seul(e)...   Mar 19 Jan - 21:13

- Je me suis sentie triste, j'avais mal dans la poitrine parce-que personne ne veut m'apprendre, et que je suis toute seule. Mes yeux ont piqué, et de l'eau est tombée. Je ne sais pas ce que ça veut dire.

Heimdall écoutait tout ouïe. Il trouvait cette histoire bien triste, la Doll était toute seule, la pauvre. Lui il n’était jamais seul parce qu’il était toujours avec Elliot et qu’Elliot était toujours avec lui. Ils étaient bien ensembles, et faisaient une équipe du tonnerre, inséparable. Et puis le panda était hyper fier de protéger son maître, le seul, l’unique.

- Tes yeux ont piqués ? Il faut faire attention tu t’ais peut-être blessé? Moi je me blesse rarement et quand ça arrive mon maître trouve toujours le moyen de me recoudre.

Juste pour préciser, en fait la peluche comprenait difficilement les choses, après tout il n’était pas une Doll, et pas non plus un enfant, il était juste un nounours et occasionnellement une épée. A cause de cela donc il mélangeait des trucs, faisait des confusions, et ne captait pas tout.

- Je suis toute seule ici tu sais. C'est la première fois que j'existe alors je ne sais pas trop comment on fait.
- Tu n’existais pas avant ? Tu veux que je t’apprenne des choses ? Je sais quelques trucs que mon maître m’a enseignés. Moi ça fait au moins cinquante ans que j’existe.


Heimdall était très gentil, c’était quand même paradoxale qu’il soit l’objet magique d’un gamin qui aime la torture, mais Elliot était son maître et il le respectait, et d’ailleurs pour le panda en peluche ce que faisait l’enfant était « la vérité », c’est lui qui avait raison et il le suivrait même en enfer (même s'il ne savait pas ce que pouvait être l’enfer).

La Doll se présenta, elle s’appelait Elenwë, c’était jolie comme prénom mais pas facile à dire. Il aurait fallut pouvoir s’entrainer, du coup Heimdall se retourna un instant et essaya de prononcer dans son coin le prénom plusieurs fois, quand il estima que sa diction était bonne il revint vers la poupée.


- Pourquoi tu as laissé ton enfant tout seul ? Il va se sentir abandonné...

C’était vrai qu’Elliot était entrain de dormir à la Children’s place, mais Heimdall était certain que même sans lui il pourrait se défendre, car son maître était sûrement le plus fort, il ne se laisserait jamais battre. Et de toute façon les autres enfants n’essaieraient pas de l’attaquer, ils avaient sûrement trop peur de la torture que le garçon pouvait leur réserver. Sauf que normalement le panda n’aurait pas dut le quitter, il avait prit un risque et espérait qu’Elliot, s’il se rendait compte de son absence, ne serait pas en colère. Il n’aimait pas du tout quand l’enfant était en colère contre lui, cela le rendait triste et il ne savait pas comment se faire pardonner.
Et puis énerver le maître était très mal, parce que normalement une peluche est là pour donner du bonheur.


- Je t’ai entendu chanter et je voulais savoir qui chantait. Tu sais on a déjà rencontré une Doll qui chantait avec mon maître, elle s’appelait Lullaby, elle chantait des berceuses. Mais si tu as tout oublié tu ne le connais peut-être pas. Vous pourriez peut-être vous rencontrer et chanter ensemble ?

Et si Lullaby et Elenwë chantaient ensembles, Heimdall pourrait peut-être les accompagner, ça pourrait être bien, ils feraient un super trio, il en était sûr. Tiens, il avait bien fait de laisser son maître quelques minutes, il venait peut-être de faire une rencontre trèèèès importante.

- Mon maître Elliot est entrain de dormir là, mais peut-être après vous pourrez vous rencontrer, se serait bien non ? Tu rencontreras des gens comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elenwë

avatar

Messages : 23
Fiche : Clique
Sucres Candy : 46

Toc, toc, toc, qui es-tu?
Défaut ou Objet?: Attention au mot tabou !
Connaissances:

MessageSujet: Re: Les nuits sont longues... quand on est seul(e)...   Ven 12 Fév - 16:19

Le petit panda était très gentil, mais aussi curieux... et Elenwë ne savait pas comment répondre à ses questions. Et puis, la peluche avait prononcé les mots magiques :

- Tu n’existais pas avant ? Tu veux que je t’apprenne des choses ? Je sais quelques trucs que mon maître m’a enseignés. Moi ça fait au moins cinquante ans que j’existe.

On lui proposait de l'aide ! Elle, la doll délaissée et abandonnée de tous avait enfin réussit à suciter l'intérêt de quelqu'un. Suffisamment en tout cas pour qu'on lui propose de l'aide.

- Ca serait avec plaisir, si ça ne te dérange pas... je crois que j'ai beaucoup de choses à apprendre et comprendre ici.

Puis Heimdall avait enchaîné sur sa rencontre avec une autre doll, "Lullaby". Non, elle ne connaissait pas d'autre doll, mais d'après le panda, Lullaby chantait aussi, et très bien en plus. Elenwë se sentait vraiment mieux maintenant. Elle commençait à comprendre que toutes les personnes n'étaient pas mauvaises et forcément méchantes, mais que chacune avait son caractère propre. Elle avait peur pourtant. Car Heimdall venait de lui proposer de rencontrer Elliot, son maître. Or, les enfants, elle n'en avait jamais rencontré, mais elle savait qu'ils possédaient tous un objet magique, qui dans certains cas, pouvait tuer. Mais une doll pouvait-elle mourir ? Est-ce qu'un enfant pouvait la tuer ? Ah, si seulement elle connaissait plus de choses ! Il allait bien rire l'enfant, s'il la rencontrait... il rirait du fait qu'elle soit idiote. Et elle serait une fois de plus rejetée. Des larmes lui montèrent encore une fois aux yeux, mais qu'elle essaya de cacher à Heimdall. Décidément, elle était une vraie fontaine. Pourtant, son caractère profond était joyeux, heureux... sauf qu'elle ne supportait pas qu'on la rejette. Et dans ce cas là, ses yeux pétillants devenaient ternes, et sa bouche souriante se plissait en grimace. Puis elle se sermona d'elle-même. Si avait pu se gifler, elle l'aurait fait. Une petite voix intérieure lui souflla :

" Elle est belle l'image que tu renvoie ! Comment veux-tu que les gens t'apprécient si tu passe ton temps à pleurer ? Secoue-toi bon sang ! Ne reste pas là à te lamenter sur ton sort... va au devant des autres, et crée des liens ! C'est comme ça qu'on réussit sa vie, et non en chouinant sur soi-même à tout bout de champ !!! "

Ses yeux brillèrent alors de nouveau lorsqu'elle posa les yeux sur la peluche, dont la patte de fourrure était toujours posée sur son bras.

- Ton maître voudrait bien me rencontrer ? J'aimerais faire sa connaissance, il serait mon premier ami ! Ca serait génial ! Enfin non, mon premier ami c'est toi... mon premier ami enfant alors. Il voudrait chanter avec nous ? On pourrait chanter partout et tout le temps hein ?

Maintenant qu'elle redevenait la personne heureuse qu'elle était réellement, elle ne pouvait plus s'arrêter de parler, et de poser des questions. C'était presque comme si les tristes heures solitaires qui venaient de s'écouler n'avaient jamais existé. Bon bien sûr, elle ressentait un peu d'appréhension à rencontrer le maître d'Heimdall, mais tout le monde peut ressentir se genre d'appréhension là. Elle espérait maintenant que le panda lui répondrait par l'affirmative à toutes ses questions.

- On va le rencontrer tout de suite, dis-moi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les nuits sont longues... quand on est seul(e)...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les nuits sont longues... quand on est seul(e)...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les nuits sont longues [Chris & Lily]
» " La Seule Compagnie Dans tes Nuits de Pleurs sont les Etoiles, Elle brillent en toi et pour toi."
» (avery) tout les moyens sont bons quand ils sont efficaces.
» « La solitude, c’est pire quand on est seul » Ciàran&Nathanaël.
» Quand on est seul .. [ LB humains chevaux ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Carnival :: {The Village} :: House :: Puppet's Place-
Sauter vers: